BLÜ

COMME OCÉAN

LA GRENADE, L’ÎLE AUX ÉPICES, MARQUE LA FIN DE NOTRE SAISON DE NAVIGATION

1 commentaire

Le 26 avril dernier nous arrivions à Calivigny Cut, au sud de l’île de La Grenade après une navigation de 5 heures en flottille avec Denis et Louise (Prana), Patrick et Martina (Tabou), ainsi que Michel et Marie-Claude (Jolie Julie). Ce fut une très belle journée de voile au vent de l’île, soit en passant du côté Atlantique, avec un vent de travers entre 18 et 20 nœuds.

Lors de notre navigation, nous avons traversé un énorme banc de sargasses. Dès que nous y sommes entrés, notre rythme de croisière est passé de 7 nœuds à 4 nœuds. Ce fut impressionnant, mais surtout désolant de traverser cet épais « tapis » où flottaient toutes sortes de déchets, dont de nombreux contenants de plastique.

Tel que je le mentionnais dans un autre article, les sargasses sont des algues brunes provenant du golfe de l’Amazone, au large du Brésil. La cause de la prolifération est l’agriculture intensive et la déforestation, notamment par les apports en nutriments, soit le phosphate et le nitrate. Cette année, plusieurs zones côtières des Caraïbes ont été envahies par les sargasses, particulièrement la Guadeloupe et la Martinique.

Arrivés à destination, nous sommes restés quelques jours à l’ancre dans Calivigny Cut, non loin de la baie de Clarkes Court. Denis et Louise, qui connaissent très bien la région, ont eu l’amabilité de nous faire une visite initiatique de la ville en autobus collectif – une aubaine à 2,50 $ EC/1,25 $ Cad – pour situer différents magasins très utiles pour les navigateurs (Island Water World, Budget Marine, Yamaha, etc.).

C’est ainsi que notre arrivée à Grenade a marqué la fin de notre saison de navigation car BLÜ y est entreposée pour la période cyclonique. Le sud de Grenade est en effet prisé avec ses nombreuses baies profondes situées au 12e parallèle nord, à environ 130 km au nord-ouest de l’île de Tobago (Trinité-et-Tobago) et à 200 km de la côte vénézuélienne. Cette zone est en général à l’abri des ouragans. Le sud de l’île offre donc un bon choix en termes d’expertises maritimes, de chantiers navals et de marinas où les navigateurs peuvent faire entretenir ou entreposer leur navire.

L’île aux épices
La Grenade est appelée l’île aux épices car on y cultive avec succès la cannelle, la vanille, le clou de girofle, le curcuma et le cacao, ainsi que la noix de muscade et le macis. Le macis est une fine pellicule rouge enveloppant la noix de muscade qui me fait penser à une dentelle. Son goût est légèrement amer et il est utilisé pour rehausser les plats.

Avec le tourisme, l’agriculture constitue l’apport économique le plus important de l’île. La noix de muscade est un emblème important au pays, repris sur le drapeau national. Grenade est d’ailleurs le deuxième producteur mondial de muscades après l’Indonésie. Nous n’avons pas eu le temps de visiter d’usines de traitement de noix de muscade ni de cacao mais nous nous promettons de le faire à notre retour. Nous avons toutefois visité le coloré marché de St-Georges, la capitale, où les épices et les légumes sont à l’honneur.

Dès que BLÜ est sortie de l’eau, nous avons séjourné dans le secteur de Grande Anse où nous avons loué un petit appartement. En pleine ville, à quelques pas de l’appartement, nous avions accès à la magnifique plage de Grande Anse qui s’étend sur 3 km. La veille de notre départ, alors que les travaux de remisage sur BLÜ étaient terminés, nous avons passé l’après-midi sur cette superbe plage. Quelle belle façon de terminer notre séjour dans les Caraïbes !

Des endroits magnifiques à revoir et d’autres à explorer
Bien que la saison de navigation 2018 a plutôt été mouvementée avec, en janvier, les réparations sur BLÜ plus longues que prévu à Saint-Martin à la suite des dommages causés par Irma. Ensuite, en février ce fut l’avarie de l’arbre (shaft) du safran alors que nous naviguions vers Saint-Pierre en Martinique. Au total, nous avons donc été cloués au sol pendant plus de six semaines.

N’empêche, nous avons ensuite découvert plusieurs îles que nous nous promettons de davantage explorer : la Guadeloupe, Les Saintes, la Martinique, Sainte-Lucie, Bequia, les Grenadines et les Tobago Cays, sans oublier La Grenade. Par ailleurs, nous aimerions revoir Saint-Martin que nous affectionnons particulièrement en plus de découvrir Saint-Barth, Antigua et d’autres îles moins connues que nous n’avons pas eu le temps de visiter.

Nous sommes maintenant de retour au bercail où nous nous activons à préparer le terrain et le potager pour l’été. Sur ce, je vous souhaite un très bel été !

Auteur : Marlène

Professionnelle en relations publiques et passionnée de voile.

Une réflexion sur “LA GRENADE, L’ÎLE AUX ÉPICES, MARQUE LA FIN DE NOTRE SAISON DE NAVIGATION

  1. Toujours très intéressant de te lire. Passez un bel été et au plaisir de vous revoir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s