BLÜ

COMME OCÉAN

Anegada la mythique : langoustes, plages et scooters, c’est le clou !

Poster un commentaire

Anegada, c’est l’île mythique des Îles Vierges britanniques (BVI) où, malheureusement (ou heureusement), peu de navigateurs s’aventurent. On l’appelle d’ailleurs « cimetière à bateaux », ça dit tout, n’est-ce-pas ? Un coup d’œil à la carte et vous serez impressionné par la ceinture de récifs et de coraux qui entourent l’île, sans compter les courants intempestifs. Et que dire du Horse Shoe Reef situé au sud-est qui a engouffré en son fond plus de 300 épaves… connues.

C’est certes une réalité mais, ne nous arrêtons pas là. Il y a tant de beautés à découvrir à Anegada ! Le chenal d’entrée balisé permanent à Setting Point, les guides de navigation donnant les waypoints et des conseils judicieux, ainsi que l’utilisation du GPS facilitent de beaucoup l’accès à l’île. Bien sûr, comme tout plan d’eau où l’on retrouve des récifs et des coraux, la navigation à vue s’impose.

Il n’était donc pas question, pour notre deuxième visite dans les BVI, de nous priver de cette excursion. Ni d’en priver nos amis à bord, Anne-Marie et Daniel, ainsi que leur fils Vincent que nous avons invité pour l’occasion.

Partis de Virgin Gorda le matin, nous sommes arrivés à Anegada 3 heures plus tard avec un beau vent de travers (15 MN). Notre premier « souci » était de réserver chez Potter’s by the sea, afin de déguster la fameuse langouste d’Anegada. Il fallait voir Sam les sortir de la cage – toutes grouillantes – et les préparer. Il va sans dire qu’elles étaient toujours aussi délicieusement assaisonnées, grillées à point au charbon de bois et d’une tendreté à fondre dans la bouche. C’est dire, la langouste d’Anegada ne change pas d’un iota avec les années, elle demeure fidèle à sa réputation. Nous avons bien sûr satisfait notre palais avec cette langouste. Nous voulions également profiter de tout ce que cette île mythique pouvait nous offrir.

D’abord, une bonne marche de quelques kilomètres le long de la plage déserte, nous a fait découvrir ce que nos yeux n’oublieront pas de sitôt : Pomato Point. Située sur le côté nord-ouest de l’île, Pomato Point est une magnifique baie où étaient ancrés quelques catamarans, devant une plage quasi-vierge, digne d’un paysage de carte-postale.

En deux temps, trois mouvements, nous étions à l’eau pour profiter de la douceur de cette mer, juste assez chaude. Il a fallu toutefois nous résigner et sortir de l’eau afin de poursuivre notre chemin à pied. C’est alors qu’un aimable résidant qui passait par là, nous a gracieusement offert de nous raccompagner, nous épargnant quelques kilomètres. À l’arrière de son pick-up, nous étions comme des adolescents, le vent dans nos cheveux en bataille et le soleil en plein visage. De retour à Setting Point, nous étions prêts pour un 5 à 7 rafraîchissant.

Anegada, en scooter SVP

La « cure de rajeunissement » s’est poursuivie le lendemain alors que nous avons sillonné l’île d’est en ouest, de village en village et de plage en plage, en scooter. Toute la journée à se balader sur ces scooters, nous avons quelque peu retrouvé notre jeunesse et la sensation que le monde nous appartenait. Ces petits scooters de 125CC nous donnaient l’illusion d’être sur des Harley-Davidson alors que nous en descendions avec nos casques. C’était tout simplement le clou !

Dans un premier temps, nous avons franchi quelques kilomètres et avons fait un arrêt à un point de vue donnant sur un bassin d’eau de mer. Ce bassin est un sanctuaire où viennent migrer de nombreux oiseaux ainsi que des flamants roses qui, finalement, se sont faits discrets. Le deuxième arrêt, un centre d’élevage d’iguanes était fermé. Nous en avons quand même aperçu quelques-unes, immobiles dans leur cage.

Ensuite, nous avons poursuivi notre route du côté nord. Une autre plage magnifiquement sauvage nous attendait : Loblolly. Ce fut l’occasion d’explorer les coraux en snorkling et de profiter de la première d’une des nombreuses baignades de la journée.

Un peu plus loin, toujours dans la baie de Loblolly, le « timing » était idéal pour luncher chez Big Bamboo. Ce restaurant convivial, dont les tables sont installées sur le sable et sous les arbres ne pouvaient que faire notre bonheur. Pour ma part, j’ai récidivé avec la langouste, apprêtée cette fois-ci en burger. Elle était toute aussi délicieuse que la veille !

Visible du restaurant, la plage a, de nouveau, attisé notre désir de baignade. Cette fois-ci, nous y sommes restés un bon moment. La plage était calme, la barrière de corail stoppant les grosses vagues au loin et nous réservant seulement les plus douces sur le rivage. Deux flotteurs retenaient des cages qui contenaient des langoustes… question de les garder bien fraîches. On peut résolument dire qu’à Anegada, c’est de la mer à l’assiette !

Nous avons repris notre route, heureux de retrouver nos scooters et d’enfiler nos casques. C’est vers Cow Wreck Beach que nous nous sommes dirigés pour deux arrêts, dont le second au Anegada Beach Club. Pour y arriver, nous avons dû rouler un bon moment sur une route de sable où la prudence était de mise.

Anegada Beach Club est un complexe hôtelier très agréable et à échelle humaine, dont les bâtiments sont bien intégrés au paysage. Directement sur la plage, des tentes de style alcôve, avec des structures permanentes, ont été aménagées. On peut y passer la journée pour 300 US$. Pour finir la journée, nous avons admiré la plage, dessous une hutte, bien assis sur des chaises adirondak.

Nous sommes retournés à Setting Point afin de rapporter nos scooters, totalement heureux et rassasiés de cette escapade qui demeurera inoubliable.

Le lendemain, le retour a été mémorable. Avec Vincent à la barre, en seulement 2 heures avec un vent de travers, nous avons regagné Virgin Gorda… BLÜ a dépassé sa vitesse de coque à plusieurs reprises.

Quiconque visite les BVI en voile, Anegada est un autre MUST dont il ne faut sûrement pas se priver. Tout en attirant les touristes, cette île a su demeurer authentique. Elle vaut absolument la peine qu’on s’y attarde, en scooter : c’est mieux que la fontaine de jouvence !

Auteur : Marlène

Professionnelle en relations publiques et passionnée de voile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s