BLÜ

COMME OCÉAN

CORONAVIRUS : REVIREMENT SUR REVIREMENT

1 commentaire

Cap vers la Guadeloupe en flottille : 21 février 2020

Après trois semaines à se la couler douce dans la baie de Sainte-Anne en Martinique, nous avons levé les voiles en flottille et mis le cap vers la côte Sud de la Guadeloupe. Nous avons navigué avec Guylaine et Guy du voilier Entomo et Johanne et Serge du voilier San Flo. Notre plan de navigation comprenait plusieurs escales : Anse Chaudière et Saint-Pierre en Martinique; les îles de la Dominique et Marie-Galante. Au retour, l’île du Gosier en Guadeloupe et Terre-de-Bas aux Saintes. Nous sommes revenus à Sainte-Anne, en Martinique, le 11 mars 2020.

Retour à Sainte-Anne : 11-18 mars 2020

Nous étions au courant qu’il sévissait une situation de propagation du Coronavirus en Chine. Il en était de plus en plus question en Martinique, où nous savions que l’Europe vivait des moments difficiles. Au Québec, le gouvernement sonnait l’alarme. On ouvrait les premières cliniques de dépistage et on commençait à implanter des mesures pour combattre la propagation. Le gouvernement du Québec et fédéral imploraient leurs concitoyens à revenir à la maison avant que les pays ferment leurs frontières et que les compagnies aériennes arrêtent leurs vols.

En Martinique, des restrictions sur les déplacements et l’ouverture des commerces étaient annoncées. Ce n’était qu’une question de temps avant que les autres îles de l’arc antillais emboîtent le pas. Nous craignions que Grenade*, où de nombreux bateaux sont entreposés durant la saison cyclonique, ferme ses frontières.

Le 17 mars au matin, nous avons quitté Sainte-Anne, la fenêtre météo étant favorable. Nous avons navigué en flottille pendant 22 heures, avec Denis et Louise, voilier Prana et Serge, voilier San Flo, afin d’atteindre l’île de Carriacou, premier port d’entrée de Grenade. Les autorités grenadiennes ont restreint les ports d’entrée afin de mieux les contrôler. En cours de navigation, nous nous sommes rapprochés de Lucie et Robert, voilier Grace, partis quelques heures avant nous.

Le processus des douanes et d’immigration allait nous donner un aperçu du chaos qui nous attendait. Une attente de 3 heures. Une vérification sommaire de notre état de santé par une infirmière, incluant la prise de température à l’aide d’un thermomètre infrarouge sur le front. Des directives concernant l’obligation d’une distanciation sociale de 2 à 3 mètres. Notre entrée à Grenade était faite.

Le chantier naval a accepté de sortir BLÜ de l’eau le 26 mars et nous avons devancé notre vol au 28 mars; d’autres navigateurs quittaient le 26 mars.

Vidéo: En navigation vers Grenade, des dauphins nous accompagnent : https://youtu.be/4L9CunGEVeU

Revirement, 18-22 mars 2020 : phase 1

Partout dans le monde, la situation se corsait. À Grenade, les montagnes russes sont devenues notre quotidien. Les directives officielles étaient souvent contradictoires, parfois annoncées tard dans la journée et même dans la nuit. Voici un résumé de notre journal de bord :

Fermeture de l’aéroport Maurice-Bishop de Grenade le 23 mars à 23 h 59; fermeture confirmée par Affaires mondiales Canada, par le biais du Haut-commissariat (HC), avec la mention que les vols d’Air Canada pour Toronto, prévus les 24, 26, 28 et 31 mars, seront annulés. On nous conseille de s’organiser en passant par la Barbade.
• Il est important de noter qu’Air Canada n’a jamais annulé ces vols.
• Courriel d’Affaires mondiales Canada contredisant le précédent. Même si l’aéroport est fermé, les vols d’Air Canada seraient maintenus.
Obligation de demeurer sur notre bateau et de ne pas se réunir avec nos collègues tout en limitant nos discussions en personne, sous peine d’amende et d’emprisonnement.
• Sortie de l’eau du voilier annulée, sur ordre du ministère de la Santé. Quarantaine de 14 jours obligatoire, même si nous sommes arrivés avant le décret.
• Fermeture et surveillance des deux quais à dinghy de notre baie, Prickly.
Fermeture graduelle de tous les ports d’entrée de Grenade.
• Pendant ce temps, les deux autres chantiers navals de l’île continuent à sortir les bateaux de l’eau !

Revirement, 23-24 mars 2020 : phase 2

Quelques jours auparavant, Denis (Prana) a ouvert un groupe Messenger regroupant la flottille de la Martinique. Plusieurs anglophones du Reste du Canada s’y sont joints. Une belle concertation s’enclenche pour faire avancer les choses. André, du voilier Boréas, et moi, travaillons ensemble pour préparer une communication au gouvernement fédéral. Des courriels sont ainsi envoyés à Affaires mondiales Canada et aux ministres fédéraux des Affaires étrangères et des Transports. Par la suite, je communique avec le cabinet du premier ministre du Québec.

• Le matin du 23 mars, le chantier naval nous informe que les sorties de l’eau d’Entomo et de BLÜ sont annulées. J’envoie un deuxième courriel au chantier naval, faisant valoir que les deux autres chantiers sortent les bateaux de l’eau.
• Le 24 mars, j’envoie un troisième courriel avec des photos, montrant les bateaux sortis de l’eau par un chantier concurrent.
• La même journée, je fais parvenir un courriel à Marine & Yachting Association of Grenada leur demandant d’intervenir.
• Revirement de situation en après-midi. Acceptation du chantier naval de sortir de l’eau Entomo, le 25 mars à 14 h et BLÜ, le 26 mars à 9 h, sous certaines conditions: rester « tranquille » et strict quarantaine sur le terrain du chantier avant notre départ.

Revirement, 25 mars 2020 : phase 3

Vers 12 h 30, on annonce à la radio VHF que le premier ministre de Grenade fera une communication importante à 13 h. Je sens que l’étau va davantage se resserrer. Je communique immédiatement avec le chantier naval afin de demander une sortie de l’eau pour l’après-midi même, craignant un arrêt de travail immédiat de toutes les industries.
• Surprise ! BLÜ sortira à 15 h, soit juste après Entomo.
• Branle-bas de combat pour préparer le bateau au levage, alors que le premier ministre de Grenade annonce l’état d’urgence limité, à compter de 18 h.
• Vers 14 h, Entomo fait des tours dans la baie en attendant que la darse se libère; il y aura du retard.
• Vers 15 h 15, nous partons le moteur et relâchons le mooring.
• Nous faisons des tours dans la baie en attendant que la darse se libère.
• À 15 h 28 la darse se libère. Le chantier naval nous informe que nous avons 2 minutes pour nous y rendre; après ce délai, le chantier ferme.
• Paul y va à plein gaz; je me positionne en avant pour lancer les amarres au personnel.
• Vers 15 h 45 BLÜ est finalement sortie de l’eau.
• Revirement dans les vols : dans l’après-midi, le HC nous incite fortement à devancer notre vol du 28 mars pour le 26 mars, craignant une annulation suivant l’état d’urgence limité annoncé par le gouvernement.
• Nous réussissons à devancer notre vol au 26 mars; nos amis Guylaine et Guy n’y parviennent pas, malgré des efforts pour trouver des sièges.
• Revirement : on annonce à la radio VHF que les vols du 28 et du 31 mars seront maintenus.
• Nous mettons les bouchées doubles, voire triples, pour finaliser l’entreposage du bateau, car nous quittons dans moins de 24 heures. Normalement, les travaux d’entreposage s’étalent sur une semaine !

Revirement, 26 mars 2020 : fin

Nous avons vécu des moments forts avec Guylaine et Guy. Nous sommes peinés de ne pouvoir retourner au Québec ensemble. Mais nous sommes rassurés de savoir qu’ils partiront deux jours plus tard.
• Coup de théâtre : au moment du décollage du vol AC1733 vers Toronto, le commandant de bord nous informe qu’il s’agit du dernier vol de Grenade vers Toronto. Mon cœur n’a fait qu’un tour !
• Agente de bord n’est pas en mesure de nous informer. Denis a toutefois une communication écrite du HC à l’effet que les vols du 28 et du 31 auront lieu.
• Arrivés à Toronto, nous vérifions à nouveau. Ces vols auront bien lieu.

En voile, nous devons constamment nous adapter à toutes sortes de situations hors de notre contrôle : météo, avaries, contraintes d’approvisionnement, sécurité, etc. Jamais nous n’aurions pensé qu’une situation de pandémie mondiale s’ajouterait à la liste des impondérables.

Les différents pays et États ont certes la responsabilité de mettre en place des mesures restrictives et évolutives pour protéger leurs concitoyens, particulièrement dans le cas d’une pandémie mondiale. Les approches, ainsi que les moyens financiers et humains, varient d’un pays à l’autre. Nous devons toutefois respecter les us et coutumes, ainsi que les lois des pays qui nous accueillent. Ceci ne nous empêche pas de tenter de nous en sortir. Dans notre cas, nous souhaitions regagner notre pays. Dans le dénouement de cette « histoire », plusieurs facteurs ont fait la différence : la solidarité entre navigateurs, la volonté de ne jamais abandonner, la collaboration de notre chantier naval, malgré les circonstances difficiles, ainsi que l’appui de nos familles.

Nous n’avons jamais été aussi heureux de réintégrer le bercail et de retrouver notre sérénité. Nous pensons à nos collègues navigateurs qui sont restés dans les Antilles, par choix ou non. Les restrictions se sont entre temps corsées un peu partout, mais nous ne perdons pas espoir de voir arriver de meilleures conditions. Nous suivons la situation de près, demeurons en communication et sommes de tout cœur avec eux.

*Grenade est située au sud de l’arc antillais et compte trois îles : Carriacou, Petite Martinique et Grenade. Cette dernière est la plus importante île avec Saint-Georges comme capitale.

Auteur : Marlène

Professionnelle en relations publiques et passionnée de voile.

Une réflexion sur “CORONAVIRUS : REVIREMENT SUR REVIREMENT

  1. Merci beaucoup de nous avoir fait vivre, en images et par ton récit, tous les méandres de cette situation ! La science et l’art de la communication ne sont certainement pas étrangers au résultat obtenu !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s